Néron : le plus « méchant » des français de Gossas. Voici son histoire.

La maison coloniale plus connu par les vieux sous le nom de Keur Néron (maison de Néron) fut construite par ce dernier entre 1909 et 1938.

En effet, l’acteur de cette résidence fut un administrateur civil de France radié à la suite d’un différent avec ses supérieurs. Ainsi pour assurer sa reconversion, il décida de s’implanter en Afrique précisément au quartier Escale dans le département de Gossas.

Après la construction de sa maison, Néron s’adonna aussi bien à l’importation de divers marchandises de la France (tissus, chaussures, ballons…) qu’il exposait dans sa boutique qu’à l’exportation de l’arachide vers la France.

Toutefois, Néron fut un homme à fort caractère qui vivait seul dans sa maison et n’entretenait aucune relation sympathique avec la population locale. Il fut considéré comme le plus méchant des français de Gossas et que ses humeurs n’épargnaient même pas ses voisins de nationalités françaises.

Par conséquent, son attitude vis-à-vis de la population s’était par la suite répercutée sur ses activités du fait qu’aucun paysan ne voulait plus lui vendre de l’arachide et que la population de Gossas n’entrait plus sa boutique de produit divers.

Cette situation cumulée aux impactes de la période près indépendance poussa Néron à rentrer définitivement en France entre 1958 et 1959.

En 1963, la maison de Néron fut vendue à Fandy Massiri un libano-syrien de Gossas. Ce dernier, sans avoir opéré de modifications, résida dans la maison avec sa femme et ses trois (3) enfants en poursuivant les mêmes activités que son prédécesseur. Doté d’une générosité et d’une gentillesse extraordinaire contrairement à Néron, il embaucha un gardien et un vendeur tous issus de Gossas.

Il décéda entre1966 et 1967avec sa femme et un de ses fils à la suite d’un accident. Dès lors la maison fut occupée par ses deux enfants qui essayèrent en un temps de sauver le commerce de leur défunt papa.

Quelques années plus tard, Djamil Massiri le grand frère de Fandy Massiri décida de ramener les enfants au Liban.

Après leur départ, la maison resta fermée durant plusieurs années avant d’être vendue à Pape Kane un député de Gossas.

Pape Kane ficela un contrat avec le ministère de l’éducation nationale et la maison fut occupée par l’IDEN durant plus de dix (10ans).

La boutique fut par la suite allouée à une classe du CEM de Gossas jusqu’à l’inauguration du lycée Khar kane et le logement au CEDEPS jusqu’à la construction de l’espace jeune entre 2003 et 2004.

Après le décès de Pape Kane, la maison fut vendue par les membres de sa famille à un immigré nommé Assane Samb.

Ce dernier vivant dans la maison avec sa famille et des locataires avait ouvert la boutique pour la vente de produits cosmétiques. Il a en même temps eu à opérer quelques modifications comme en témoigne certains bâtiments de constructions récentes dans la maison.

Située dans le quartier Escale, la maison de Néron est limitée au Nord par la mission catholique (bâtiment de l’ancien CFAO), au Sud par la mairie de Gossas, à l’Est par la boutique de Diop (bâtiment Ablaye Nar) et à l’Ouest par l’ancien siège de la SENELEC (bâtiment Nosoko).

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *