Acte 3 de la décentralisation: Updater l’aménagement du territoire (Ndianko Ndao)

Lancé officiellement le 19 mars 2013, l’acte 3 de la décentralisation a pour objectif de promouvoir une véritable politique de développement et de mise en valeur des potentialités des terroirs à travers la territorialisation des politiques publiques. La vision qui guide la mise en œuvre de l’Acte III de la décentralisation s’inspire de celle du Chef de l’Etat : « Organiser le Sénégal en territoires viables, compétitifs et porteurs de développement durable à l’horizon 2022 ».

L’aménagement du territoire constitue donc le pilier de cette politique si l’on s’accorde avec Daouda Thiandoum, Aménagiste, Urbaniste, Géomarketeur que : « Aménager le territoire, c’est mettre en place une politique cohérente, transversale très habile d’organisation de l’espace. Il s’agit de constituer un ensemble de dispositifs, de techniques, d’actions et d’intervention qui visent à assurer une répartition adéquate de la population, des constructions, des activités économiques et des équipements et infrastructures tout en tenant compte des contraintes naturelles, anthropiques à leur établissement. » https://sunugox.info/c…/lacte-3-de-decentralisation-reforme/

Prenons cependant la surface encadrée en rouge sur la carte de la région de Fatick en-dessous ; on y compte onze communes : Diakhao, Thiaré Ndialgui, Diaoulé, Ndiob, Boof Mbaleme, Patar Lia, Gossas, Ouadiour, Ndiéné Lagane, Mbar et Colobane. Sans avoir les dimensions exactes, il ne serait pas faux d’avancer que le village le plus reculé à l’ouest de la commune de Diakhao n’est pas distant de plus 80 km du village le plus reculé à l’est de la commune de Colobane.

Même avec une longueur de 100 km et une largeur qui ne fait pas plus de 30 km on obtiendrait géométriquement une superficie de 3000 km2. Proportionnellement donc, chaque commune occuperait 272, 72 km2 ; soit un territoire d’un peu plus de 18 km de long sur 15 km de large. Il serait difficile pour des communes de cette taille d’être viables, surtout si l’essentiel de leurs ressources provient de l’agriculture et de l’élevage.

Nous sommes restés enfermés dans l’appellation de nos contrées : région, département, commune… L’acte 3 de la décentralisation pourrait être une occasion pour constituer des entités plus homogènes et plus consensuelles auprès des populations.

Il ne sert à rien d’ériger des communes qui ne sont communes que de nom parce que ne disposant ni des moyens, ni de l’espace nécessaires à la bonne marche d’une commune ; élire des maires qui ne sont maires que de nom. Rien ne nous interdit d’avoir des bourgs, des cercles, des comptés, ou avoir des jarafs, des chérifs, des bours ou autres ; le plus important étant de parvenir à organiser le pays en territoires viables et compétitifs.

Auteur : Ndianko Ndao – ndaokunda.mondoblog.org

Please follow and like us:

Service de rédaction de Gossas info

Auteur : Team Gossas info

Service de rédaction de Gossas info. Vous pouvez nous joindre à gossasinfo@gmail.com ou par téléphone au 78 376 84 60. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo facebook en bas pour rejoindre notre groupe facebook.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *