CONTRIBUTION : « La gagne d’une Minorité écrasante ». Par Ndianko NDAO

Dans une société de plusieurs millions d’individus, obtenir l’unanimité est chose impossible. Il faut donc se contenter de la pluralité, c’est-à-dire du plus grand nombre ; la majorité se substitue alors à l’unanimité. Et c’est parce que la procédure majoritaire traite les citoyens en égaux (un citoyen, une voix) qu’ils doivent normalement se plier à son résultat, même lorsqu’ils le blâment.

La proclamation des résultats définitifs de la présidentielle par le conseil constitutionnel ce mardi 5 mars devrait confirmer la victoire de la coalition BBY qui est sortie majoritaire de cette élection. L’on est donc en droit de s’attendre à ce que la minorité reconnaisse enfin les résultats issus des urnes et félicite le vainqueur comme il est de coutume.

Tout compte fait, la présidentielle 2019 aura été extrêmement riche en enseignements. Un fait remarquable est que la minorité aura réussi à tyranniser la majorité au point de faire trembler toute la nation. La voix du juge Demba Kandji a eu à chanceler et tout le monde s’attendait à ce que le pays soit mis à feu et sang dès la proclamation des résultats provisoires le jeudi 28 février 2019.

La même voix de cette minorité écrasante a réussi à nous faire accroire l’existence de votes ethnique, confrérique et régional. Certains électeurs ont été traités de bétail électoral, d’autres de corrompus. Fort heureusement, les électeurs et lecteurs de la vie politique sénégalaise sont assez clairvoyants et matures pour ne pas tomber dans de tels travers.

Des signaux sont cependant émis qui méritent examen et prise en compte. La minorité représente 41,73% des électeurs si les résultats annoncés par la commission nationale de recensement des votes sont confirmés par le conseil constitutionnel. Il reviendra à la majorité de ne pas abuser de la maxime selon laquelle « en matière de gouvernement la majorité d’un peuple a le droit de tout faire ». Respecter et protéger la minorité pourrait rétablir la confiance entre pouvoir et opposition ; confiance nécessaire à la stabilité du pays qui commence à en avoir assez de cette « peur » que le peuple respire au quotidien.

Auteur : Ndianko Ndao

Please follow and like us:

Service de rédaction de Gossas info

Auteur : Team Gossas info

Service de rédaction de Gossas info. Vous pouvez nous joindre à gossasinfo@gmail.com ou par téléphone au 78 376 84 60. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo facebook en bas pour rejoindre notre groupe facebook.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *